top of page

Une inconnue a payé mes frais de scolarité et mon billet d’avion

PAYÉ EN TOTALITÉ



En 2015, sœur V, qui n’avait que vingt-quatre ans, a été appelée par Dieu à aller en Chine. Avec 1000 pesos dans sa poche, elle était sur le point de découvrir comment Dieu allait multiplier ce qu’elle pensait ne pas être assez dans ses mains. Avant de quitter les Philippines, on lui a dit qu’elle devra obtenir un visa d’étudiant et qu’elle devra le payer, ce qui est énorme, une fois qu’elle s’inscrit dans un centre de langue chinoise. Elle était fauchée à ce moment-là, mais elle savait que « si c’est la volonté de Dieu, alors c’est le projet de Dieu ». Elle a donc obéi au Seigneur et est allée seule en Chine. Mais avant même de quitter les Philippines, sa foi a été mise à l’épreuve. Elle était à l’aéroport et a été interrogée par l’agent d’immigration. Pendant une heure, ils lui ont posé beaucoup de questions pour essayer de la décourager d’y aller, mais elle répétait ce verset : « Si Dieu est pour moi, alors qui peut être contre moi? » parce qu’elle savait avec confiance que Dieu l’avait appelée à partir. C’était déjà le « dernier appel » pour les passagers lorsque, finalement, l’agent d’immigration a décidé de la laisser prendre le vol. Elle était essoufflée lorsqu’elle s’est assise sur son siège dans l’avion parce qu’elle devait courir. Après tout, c’était la seule passagère qu’ils attendaient. Avec le sentiment de soulagement qu’elle était déjà assise, elle ne pouvait pas arrêter de pleurer en pensant « c’est mon siège, personne ne peut me sortir de ce siège maintenant, je vais en Chine [...] Je vais en Chine ». Eh bien, ce n’était que le début.


Le jour est venu où elle a dû s’inscrire dans l’un des centres de langue chinoise afin qu’elle puisse obtenir un visa d’étudiant d’un an. Elle était accompagnée de son ami philippin pour s’inscrire, mais les deux n’avaient pas d’argent. Elle était anxieuse et elle a senti que c’était un peu absurde, mais elle a gardé sa foi et a dit la vérité qu’elle n’avait pas l’argent pour payer l’école à ce moment-là. Étonnamment, la propriétaire de l’école a suggéré qu’elle peut payer en versements. C’était vraiment la faveur de Dieu!

Elle croyait que Dieu pourvoira à ses besoins, mais les mois ont passé et elle ne pouvait pas payer ses frais de scolarité en entier. C’était déjà Noël et elle espérait aussi pouvoir passer les vacances avec sa famille aux Philippines. Mais elle devait d’abord payer ses frais de scolarité pour qu’on lui rende son passeport, mais elle n’avait pas d’argent. Elle souffrait également de graves douleurs au dos et le froid a ajouté à sa douleur. Un soir froid, après son travail bénévole, alors qu’elle rentrait chez elle, elle se sentit si désespérée et souffrante que son cœur se sentit si lourd, et commença à s’apitoyer sur elle-même. Elle est arrivée à la maison et comme elle a fermé la porte de sa chambre, elle a versé son cœur au Seigneur en Lui disant tout ce qu’elle a gardé dans son cœur.

Puis, quelques minutes plus tard, elle s’est sentie réconfortée en exprimant toutes ses frustrations. Juste après, elle a reçu un message texte de son amie l’invitant à sortir et à s’amuser le lendemain. Étrangement, elle a senti que c’était la réponse de Dieu à ses prières, mais elle a aussi pensé : « Comment cela pourrait-il être la réponse parce qu’il n’y avait aucune indication que je gagnais de l’argent en m’amusant? » Le lendemain, Sœur V a rencontré son amie qui était avec ses deux visiteurs des Philippines. Ils avaient prévu de regarder le concours de beauté, Miss Monde à Sanya City mais ont décidé de passer à Haikou City pour des raisons inconnues. Ils ont passé la journée ensemble et ont parlé de presque tout, mais elle n’a jamais parlé de ses problèmes aux autres, et encore moins aux gens qu’elle venait de rencontrer. La journée s’est terminée et ils se sont séparés. Le lendemain, l’amie de sœur V l’a appelée : « Réponds à la prière! Réponds à la prière! « Venez chez moi », lui dit-elle avec enthousiasme. Sœur V a vu les deux dames qu’elle a rencontrées la veille. Mme R., une des dames, a dit à sœur V : « Dieu m’a dit de vous aider. Allons à votre école. » Mme R. a payé ses frais de scolarité en entier et a également obtenu un billet d’avion pour les Philippines afin qu’elle puisse passer Noël avec sa famille. C’était certainement la main de DIEU. Il a répondu à la prière de la sœur V. Il est vraiment Le Dieu qui pourvoit à nos besoins. JÉHOVAH JIREH

Sœur V continue à aller en mission, avec ou sans argent, parce qu’elle croit en son Père céleste qui a montré sa fidélité dans les jours de sa jeunesse.


2 Corinthiens 9:8

"Et Dieu est capable de vous bénir abondamment, de sorte qu’en toutes choses, en tout temps, ayant tout ce dont vous avez besoin, vous abonderez dans toute bonne œuvre."



(Traduit par : Pasteur Yav Tshishind a Mbav)

14 views0 comments
bottom of page