top of page

"Le mot miracle n’avait pas de sens pour moi jusqu’à ce que Dieu m’en montre un."

TRANSFORMÉ EN GAGNANT (Partie 1)



En 1996, le pasteur Roy Ongoco a démissionné de son poste séculier pour suivre l’appel de Dieu dans sa vie. Il a travaillé dans une énorme entreprise, et il avait une position stable au travail, mais il a décidé de prendre cette nouvelle voie que Dieu le conduit. Pendant trois ans dans la ville de Batangas, il y dirigeait une église. Ensuite, sa femme et lui se sont installés dans la ville de Baguio. Il est allé au séminaire alors qu’il était pasteur dans une église.


En 2003, le pasteur Roy a fait face à un procès qui a ébranlé son monde. Il avait un problème avec son œil gauche causé par une rétinopathie diabétique, et il a subi une opération et a perdu son œil gauche. C’était très traumatisant pour lui de rester et de se rappeler sa misère, alors lui et sa femme ont décidé de quitter Baguio City. C’est précisément pour cette raison qu’il a commencé à remettre en question la bonté de Dieu dans sa vie. Il ne pouvait pas comprendre pourquoi son œil gauche est devenu aveugle malgré le service du Seigneur. Il ne pouvait pas prêcher au peuple d’avoir la foi quand il était sur le point de perdre sa foi. Par conséquent, le déplacement vers un nouvel endroit pourrait lui donner une nouvelle perspective.

Lorsque le pasteur Roy et sa femme ont déménagé à Bataan, ils ont commencé à faire du travail missionnaire. Ils se sont consacrés à un programme de plantation d’église. Vers 2007-2009, il s’est senti épuisé. Il était très épuisé et est devenu négatif au sujet de sa situation. Il pensait que faire le ministère est extrêmement difficile et fatigant et que lui et sa famille ont beaucoup sacrifié. Puis un jour, un de ses amis l’a invité à participer à une bourse dans Équipes internationales Philippines, une organisation d’envoi de mission. Alors qu’il se joignait à la communauté, le pasteur Roy a entendu le directeur exécutif de l’informatique, le pasteur Gani Sison, prêcher ce jour-là – et ce fut le début de la renaissance de sa foi. Il a eu la chance de parler au pasteur Gani et, d’une certaine façon, il a ouvert sa situation avec lui. Le pasteur Roy pleurait et a dit : « Je suis un perdant ». Il n’était pas satisfait du ministère à cause de sa situation. Il a admis qu’il avait fait une rechute dans sa relation avec le Seigneur et qu’il ne savait pas quoi faire. Il ne pouvait pas parler aux membres de son église de ce qu’il ressentait parce qu’il craignait qu’ils ne comprennent pas ses émotions. Il a pensé qu’il devrait toujours être vu comme quelqu’un qui a une foi forte quand il dirige une église. « J’avais une idée fausse que plus vous souffrez et plus vous faites de sacrifices, plus vous êtes saint. J’avais tort de penser ainsi », a commenté le pasteur Roy. « Le mot « miracle » n’avait pas de sens significatif pour moi », a-t-il ajouté. Alors, les choses les plus inattendues de sa vie étaient sur le point d’arriver quand le Seigneur lui montra devant ses yeux les « miracles » auxquels il n’avait jamais pensé. Pasteur Roy a demandé à être l’un des missionnaires de ITeams Philippines. Alors qu’il a été interviewé par Atty. Elna Cruz, du personnel des RH de l’IT, a pu sentir que le pasteur Roy n’était pas convaincu d’aller en mission et que c’était comme une évasion pour lui. Elle a rejeté sa demande. Le pasteur Roy est rentré chez lui incroyablement triste. Il a appelé Atty. Elna demandant une autre chance. Elle a accepté de lui donner une autre chance, mais elle lui a dit d’amener sa femme avec lui. Il a préparé tout ce qui pourrait être demandé pendant l’entrevue, mais pendant l’entrevue, Atty. Elna a interrogé sa femme sur son attitude. « Est-ce qu’il s’énerve?


Est-ce qu’il s’énerve? » Atty. Elna a demandé à la femme du pasteur Roy. Sa femme lui a tout dit sur son attitude. Il se disait : «Je suis sûr que je ne serai plus accepté parce que ma femme a parlé de mes défauts.» Mais à sa grande surprise, il a été accepté pour faire partie de ITeams Philippines. C’était le premier miracle qu’il a connu en rejoignant IT. Il a demandé à Atty. Elna a été acceptée, et elle a répondu : « Nous avons besoin de vraies personnes comme vous ». Cela a motivé le pasteur Roy à croire aux miracles. En 2010, il est allé au Cambodge, et plus tard son fils l’a suivi pour l’aider dans son travail missionnaire. « Nous avons fait l’expérience de la difficulté d’être missionnaire, mais le Seigneur nous a sûrement formés pour mieux servir les autres », a rappelé le Pasteur Roy. Après un certain temps, il a eu le mal du pays et voulait rentrer à la maison parce que sa femme lui manquait. En outre, lui et son fils avaient des difficultés au Cambodge. Puis un jour, le Pasteur Roy a reçu un email indiquant qu’ils ont besoin d’un missionnaire pour faire le travail missionnaire au Laos. Depuis que le pasteur Roy a décidé de retourner aux Philippines, il a ignoré ce courriel et est retourné à la maison. Ensuite, c’est Dieu qui a commencé à bouger. L’équipe au Laos, qui est un groupe de missionnaires américains, essayait de localiser et d’entrer en contact avec le pasteur Roy. Ils voulaient faire une entrevue en ligne avec lui, mais il a refusé de se montrer parce qu’il s’inquiétait de son handicap et qu’ils pourraient ne pas l’accepter parce qu’il pensait qu’il deviendrait un fardeau. Après l’entrevue, le pasteur Roy leur a envoyé un courriel au sujet de son état de santé, il avait de faibles attentes qu’il serait accepté. Mais par la grâce de Dieu, l’équipe du Laos l’a accepté. C’était un autre miracle, car il savait qu’il n’était pas physiquement apte à être missionnaire, mais Dieu le qualifie. L’équipe au Laos se préparait pour les détails de la mission du pasteur Roy et il a été demandé par le chef d’équipe au Laos combien d’allocation il aurait besoin. Il hésitait à parler du montant parce qu’il pensait que c’était un test. Il a demandé conseil et il a appris qu’il est acceptable de déclarer le montant dont il pourrait avoir besoin, car lui et sa famille resteraient au Laos. Il a calculé les dépenses possibles et a trouvé 800 $. Le chef d’équipe au Laos a dit que c’était le même montant qu’ils allaient lui offrir. Le pasteur Roy et sa famille ont été invités à venir en février 2011, et c’est à ce moment qu’ils ont connu beaucoup de miracles dans le domaine de la mission. L’éducation de ses enfants aux Philippines a été soutenue et leurs besoins fondamentaux ont été fournis. Puis, il a compris ce que le pasteur Gani a dit : « Vous avez juste besoin de faire ce pas de foi et de regarder comment Dieu va bouger dans votre vie. » « En tant que pasteur, je reçois habituellement des aumônes des gens, mais dès notre arrivée au Laos, on nous a donné 1 000 $ pour acheter les choses dont nous pourrions avoir besoin dans notre appartement », a déclaré le pasteur Roy. « J’avais une perspective de pauvreté avant, mais tout a changé lorsque nous sommes entrés dans le lieu que Dieu nous a appelés », a-t-il ajouté. Cependant, ils ont dû relever un autre défi. Ils devaient apprendre la langue pour pouvoir exercer leur ministère auprès d’autres personnes et on leur a donné six mois pour se préparer à la formation linguistique. Pendant un mois, ils devraient au moins apprendre quelque chose, et s’ils ne le font pas, ils seraient renvoyés chez eux. Le pasteur Roy a admis qu’il était faible pour mémoriser et qu’il était difficile pour lui d’apprendre une nouvelle langue. Il a pleuré au Seigneur et ne voulait pas rentrer chez lui. Après un mois, il a dit à tout le monde qu’il allait bien. Avec l’aide de Dieu, il a réussi à apprendre la langue et n’a pas été renvoyé chez lui en tant qu’administrateur agricole tout en accomplissant sa mission sur une plateforme de plantation de café. Sa femme a également obtenu un emploi d’enseignant comme ils ont tendu la main à d’autres. Le Seigneur les a bénis financièrement et a béni le ministère qui leur a été confié. L’histoire du pasteur Roy ne s’arrête pas là et ce ne sont que les premiers miracles dont il a été témoin alors qu’il laissait Dieu prendre le contrôle de sa vie. Dieu ne permettra à aucune circonstance, ni à aucune personne, de nous retenir de Sa bénédiction, de Sa faveur et de Son but dans nos vies. Nous n’avons pas à nous inquiéter. Parce que nous Lui appartenons. Et nous pouvons Lui faire confiance avec nos jours. Dieu est Capable, Il est plus que Capable, de tourner les temps les plus difficiles, les plus sombres, autour pour de bon. Il ne gaspillera pas notre douleur mais utilisera la difficulté de ce que nous traversons pour le plus grand bien, pour apporter la bénédiction et la liberté aux autres. 1 Corinthiens 15:58 Par conséquent, mes chers frères et sœurs, tenez bon. Que rien ne vous émeuve. Donnez-vous toujours pleinement à l’œuvre du Seigneur, parce que vous savez que votre travail dans le Seigneur n’est pas vain.




(Traduit par: Pasteur Yav Tshishind a Mbav)

6 views0 comments

Σχόλια


bottom of page